VRAI OU FAUX: LA PEAU ET LE SOLEIL

Permettre à vos clients d’avoir un teint bronzé cet été : voilà une de vos missions estivales! Pour y parvenir, vous disposez de plusieurs moyens : le maquillage, les produits cosmétiques et les soins auto-bronzants, etc. Par contre, il subsiste parfois des confusions quant au mécanisme du bronzage grâce au "vrai" soleil…

 

UN COUP DE SOLEIL EST COMPARABLE À UNE BRÛLURE ?

Vrai : Un coup de soleil (aussi nommé érythème actinique) est une véritable brûlure. Sous l’effet d’une quantité importante de rayons UVB, les membranes des cellules épithéliales sont détruites; ce qui conduit à leur mort. En réponse, les cellules survivantes libèrent des médiateurs de l’inflammation, ce qui déclenche une dilatation des vaisseaux sanguins (caractérisée par la présence d’une rougeur, de chaleur et de douleur). Selon l’importance de la brûlure, et donc du coup de soleil, deux degrés sont différenciés. Ainsi, un coup de soleil, caractérisé par une simple rougeur accompagnée de chaleur et de douleur, est une brûlure du premier degré. Un coup de soleil, où il y a une présence de cloques remplies de liquide, est une brûlure du second degré. Les dégâts causés par les radiations UV concernent, dans ce cas, les couches profondes de l’épiderme. L’épiderme se détache alors du derme, ce qui crée des espaces qui se rempliront de lymphe : il s’agit des cloques.

 

TOUS VOS CLIENTS ONT UN « CAPITAL SOLEIL » ?

Vrai : La notion de « capital soleil » n’est pas une information réellement mesurable. Il s’agit d’une notion abstraite permettant de faire de la prévention vis-à-vis de l’exposition au soleil. Le « capital soleil » pourrait être défini comme étant la quantité totale de rayons du soleil que chaque individu peut recevoir tout au long de sa vie sans risque de développer un cancer de la peau. Ainsi, le « capital soleil » dépend directement du phototype.

 

IL Y A PLUS DE RISQUES À DÉVELOPPER UN MÉLANOME QUAND ON A DES GRAINS DE BEAUTÉ

Vrai : Un grain de beauté (ou nævus) est une zone cutanée où il y a une forte densité de mélanocytes (les cellules produisant la mélanine). De ce fait, cette zone est très foncée, car riche en mélanine. Le mélanome est un cancer cutané dû à la prolifération de mélanocytes. Il peut être déclenché, bien souvent, par une exposition trop importante aux rayons UV. Ainsi, étant donné que dans un grain de beauté il y a beaucoup de mélanocytes et que le mélanome est dû aux mélanocytes, statistiquement, il y a plus de risques de développer un mélanome sur un grain de beauté qu’au niveau de la peau environnante (où la densité des mélanocytes est bien moindre). Il convient donc de faire suivre régulièrement ces grains de beauté par un dermatologue. Ce dernier pourra même, en guise de prévention, proposer d’exciser certains d’entre eux.

 

LES PRODUITS AUTOBRONZANTS PROTÈGENT DU SOLEIL

Faux : Les produits autobronzants apportent une coloration artificielle à la peau. Ces produits contiennent des composés colorés (carotène, brou de noix, henné) ou du dihydroxyacétone (DHA) qui vont pigmenter la peau. La peau prend donc une teinte cuivrée. Cependant, la mélanogénèse n’est pas stimulée. L’épiderme ne contient pas plus de mélanine et donc n’est pas plus protégé des méfaits du rayonnement solaire. Ainsi, l’utilisation de produits autobronzants ne dispense pas d’utiliser des produits de protection.

 

LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES PROTÈGENT DU SOLEIL ?

Faux : Tout comme les produits autobronzants, la consommation de compléments alimentaires ne protège pas du rayonnement solaire. Les compléments alimentaires sont vendus pour avoir différentes actions : autobronzant, accélérateur de bronzage, aide au bronzage, etc. Ils contiennent eux aussi des composés colorés (du carotène et des phytopigments naturels), mais également des antioxydants, des acides aminés précurseurs de mélanine (tyrosine, cystéine, phénylalanine) ainsi que des sels minéraux activant le fonctionnement cellulaire (cuivre, zinc).

 

LE SOLEIL EST BON POUR L’ORGANISME

Vrai : Malgré ses effets néfastes, une exposition au soleil reste bénéfique pour l’organisme. Par exemple, le rayonnement solaire permet la synthèse de vitamine D. En effet, sous l’action des rayons UVB, le cholestérol contenu dans les kératinocytes est transformé en cholécalciférol (forme inactive de la vitamine D qui sera modifiée par le foie puis le rein). Cette vitamine sert à la calcification des os.
Cependant, il ne sert à rien de s’exposer pendant des heures; seules quelques minutes d’exposition par jour à un soleil modéré suffisent. De plus, le soleil stimule le moral. Il permet de réguler la synthèse de sérotonine et de mélatonine (deux hormones intervenant dans la gestion de notre rythme biologique). Et sa chaleur prodigue un réel bien-être pour les muscles et les articulations. Donc, il ne faut pas se priver de soleil, mais il ne faut pas en abuser non plus.

 

TOUS LES RAYONS DU SOLEIL PERMETTENT DE BRONZER

Faux : Seuls les rayons UVA et UVB servent à bronzer. Or le rayonnement solaire contient de nombreuses autres radiations. L’oeil humain ne voit que les rayons de la lumière visible (de longueurs d’onde comprises entre 400 nm et 800 nm). Les rayons de longueur d’onde plus courte sont les ultraviolets (compris entre 400 et 200 nm). Ces rayons sont classés en trois familles (les UVA, les UVB et les UVC).

Les rayons de longueur d’onde plus longue que la lumière visible sont les infrarouges (de 800 à 1 400 nm). Ces rayons apportent beaucoup d’énergie calorique, sous forme de chaleur.

 

ON PEUT REMPLACER LE SOLEIL

Vrai : Il existe plusieurs manières de reproduire le rayonnement du soleil et ainsi se procurer ses
effets. Afin de bronzer, ou traiter certaines maladies, les solariums sont munis de lampes produisant des UVA en grande quantité (et très peu d’UVB). Des lampes à infrarouge sont utilisées pour chauffer le corps (placées dans des saunas par exemple), pour détendre les muscles. D’autres lampes particulières permettent de reproduire l’ensemble des radiations de la lumière visible. Elles sont utilisées pour la luminothérapie, technique permettant de lutter, entre autres, contre la dépression saisonnière. Dans le cas de la chromothérapie, les lampes produisent une couleur bien précise, ce qui permettrait de soulager certains maux. 

 

 

** Texte de Adrien Guérin, enseignant, formateur référent chez Ecolems, tel que vue dans l'édition de juillet-août 2017 des Nouvelles Esthétiques Spa Canada **