DÉTATOUAGE - UN REGARD SUR LA NOTION DU TEMPS

On dit souvent qu’on ne peut pas revenir en arrière, qu’il faut se détacher du passé puisqu’hier n’est plus. Bien que physiquement, ces propos soient vrais, il y a bien une circonstance par laquelle nous pouvons effacer une erreur du passé; le détatouage !

Selon des études récentes, près d’un adulte sur 5 a un tatouage et près de 30 % de ces personnes regrettent leurs tatouages. Étonnamment, 74 % des personnes qui ont recours au détatouage par laser sont des femmes. Cette grande demande est donc une opportunité pour n’importe quel centre esthétique, non seulement pour accommoder les demandes des clients, mais pour offrir un nouveau modèle d’affaires et ajouter une nouvelle source de revenus provenant d’un bassin de clients déjà présent.

 

Le top 5 « je regrette mon tatouage »

1.  J’étais trop jeune quand je me suis fait tatouer

2.  Ma personnalité a changé/ne correspond plus à mon mode de vie

3.  Le nom d’une personne qui n’est plus dans ma vie

4.  Tatouage mal fait/pas professionnel

5.  N’a pas de signification importante

 

Alors maintenant qu’on imagine bien le potentiel des services de détatouage, regardons de plus près l’aspect technique. Si vous avez l’intention de vous lancer dans ce créneau, il est important de comprendre les principes de base ce qui vous aidera lors du choix de votre appareil.

 

Facteurs à considérer pour le détatouage

• Couleur de l’encre

• La profondeur de l’encre

• La taille de la particule de l’encre

 

Couleur de l’encre

Il y a quelques décennies, la plupart des tatouages étaient constitués d’une seule couleur; noir ou bleu très foncé. Étant attiré par les pigments foncés, la longueur d’onde appropriée qui était toujours utilisée (et encore aujourd’hui) est le Nd : Yag 1064 nm. De nos jours, les tatouages sont composés de plusieurs pigments permettant plusieurs tonalités. Même les tatouages noirs peuvent contenir plusieurs pigments, ce qui explique pourquoi les professionnels doivent utiliser plus d’une longueur d’onde pour donner des résultats satisfaisants. Voici un tableau qui illustre bien les palettes de couleurs qui correspondent à la longueur d’onde appropriée pour détatouer.

Par exemple, un tatouage vert contient du pigment jaune et bleu. Il sera donc nécessaire de traiter avec idéalement des longueurs d’onde de 585 nm, 650 nm, 694 nm ou 755 nm. Si ces longueurs d’onde ne sont pas disponibles sur un appareil de laser, alors il faudra utiliser le 1064 nm pour cibler le bleu contenu dans le tatouage vert, et ensuite utiliser dans de séances futures le 532 nm pour cibler le pigment jaune restant. Comme vous voyez dans le tableau ci-haut, le 532 nm cible les couleurs chaudes (rouge, orange, jaune) et le 1064 nm cible les couleurs froides foncées (bleu foncé, mauve, noir).

 

Profondeur de l’encre

L’art de déposer du pigment dans la peau est une science imprécise. Les encres sont distribuées dans plusieurs couches de la peau, ce qui explique pourquoi il faut plusieurs séances de laser pour arriver à détatouer. Et c’est aussi pourquoi c’est important de choisir un système qui offre plusieurs tailles de faisceau (spot size), car plus le diamètre est large et plus l’énergie est délivrée en profondeur. Ainsi, en ayant plusieurs options, nous pouvons travailler sur différentes profondeurs. La réaction sur le tatouage comme l’apparition de points blancs et le son que l’on entend sont de bonnes indications qu’on a atteint la bonne profondeur.

 

Taille de la particule de l’encre

Les lasers de détatouage fonctionnent en partie en ciblant les particules d’encres et en les détruisant en petits morceaux. Ce mécanisme d’action est appelé un choc photo-acoustique (photo=lumière, acoustique=
son). L’énergie est envoyée tellement rapidement que ce sont les vibrations qui brisent les particules d’encre.

Parce que la taille des particules peut être plus ou moins grande, un critère important en regardant les lasers de détatouage est donc la durée d’impulsion qui est utilisée. 

 

Durée d’impulsion

En épilation au laser, pour cibler un poil pâle ou fin, il faut une durée d’impulsion plus rapide, par exemple 10 ms (millisecondes) au lieu de 20 ms. Si le poil est plutôt foncé ou épais, la durée d’impulsion doit être plus lente, par exemple 20 ms au lieu de 10 ms. En détatouage, les durées d’impulsion sont en anosecondes, et plus court encore, en picosecondes. Une encre plus foncée ou une taille de particule d’encre plus grosse nécessite une durée d’impulsion plus lente, cette fois-ci on travaille en nanosecondes. À l’inverse, si l’encre est plus pâle ou la taille de la particule d’encre est plus petite, il est plus efficace de travailler avec une durée d’impulsion plus rapide, donc en picosecondes. Cela veut donc aussi dire que pour le même tatouage, il serait judicieux de pouvoir commencer avec des nanosecondes quand le tatouage est foncé et n’a jamais été touché, puis de changer en picosecondes plus le tatouage pâlit au fil des séances. C’est tout comme lorsque nous ajustons nos millisecondes en épilation selon la repousse des poils, d’un traitement à l’autre. Voici un aperçu des unités de mesure pour vous donner un ordre de grandeur. Notez que les nanosecondes et les picosecondes sont celles qui nous intéressent pour le détatouage.

 

Les lasers de détatouage populaires

Voici ci-bas un tableau comparatif qui peut vous guider vers votre choix. Malheureusement, les prix variants souvent, il est difficile pour moi de vous donner l’heure juste selon chaque système. En règle générale, les appareils de nanosecondes seulement sont moins dispendieux que les lasers picosecondes. On peut s’attendre entre 100,000 $ et 120,000 $ pour des lasers Q-Switched seulement (nanosecondes), et à partir de 150,000 $ pour les lasers picosecondes. Attention, certains appareils ne sont pas vendus aux esthéticiennes s’ils ont trop de fonctions médicales. Informez-vous toujours avant l’achat. Si vous travaillez avec un médecin, dans de tels cas, vous pouvez opérer l’appareil en suivant la formation appropriée.

Mes coups de cœur pour une clinique qui veut se lancer sérieusement dans le détatouage sont Spectra (Lutronic) et PicoClear pour la versatilité des longueurs d’onde pour traiter toutes les couleurs, la versatilité des autres traitements offerts, leur puissance en mJ, puis les durées d’impulsion variable. Les technologies offrant nanosecondes et picosecondes ont de meilleurs résultats, puisque les deux sont importantes et permettent de personnaliser les traitements. Pour une clinique qui veut ajouter un service complémentaire et qui n’en fera pas plus que 10 détatouages par semaine, les pièces à main qui se rajoutent à une plateforme existante sont moins coûteuses. Néanmoins, il faudra faire plus de séances pour atteindre des résultats.

Finalement, deux critères de plus sont à vérifier; premièrement, la rapidité à laquelle l’appareil est prêt à fonctionner, car certains lasers picosecondes peuvent mettre entre 2 et 5 minutes. Cela vous donnera
une idée de la puissance de l’appareil. Deuxièmement, la taille des faisceaux (spot size) est un critère très important aussi. Certains lasers vous permettent de changer le diamètre du laser et donc de changer de profondeur pendant le traitement. Par exemple, les options de taille peuvent être en moyenne entre 1 et15 mm et peuvent être ajustables par incrément de 1 ou 2 mm à la fois. Plus de choix, plus de versatilité. Nous avons déjà vu plus haut que les particules d’encre peuvent se trouver dans plusieurs couches, car le tatouage est un art imprécis, surtout les premières générations de tatouages.

Vous faites partie du 30% de personnes qui regrettent avoir eu un tatouage? Si oui, rien de mieux que
 d’essayer sur vous-mêmes les appareils de détatouage, et ainsi servir d’exemple à vos futurs clients si vous vous lancez dans cette avenue promettante. 

 

** Texte d’Elgha Centeno, fondatrice de ProFusion Coaching par Elgha Centeno et experte en esthétique spécialisé, tel que vu dans l'édition de janvier-février 2018 des Nouvelles Esthétiques Spa Canada **